Retour sur la journée Simulation de crises de l'Atelier Artem Cindyniques

Dans le cadre de l'Atelier Cindyniques, 34 étudiants ont été confrontés à la prise de décision à l’échelle stratégique face à une situation de crise.

Au matin du 07 février 2020, les administrateurs de la simulation de crises sont informés de la situation :

Sur le campus du Saulcy de l’UL à Metz, un mouvement étudiant se déclarent afin de se faire entendre dans la lutte contre le changement climatique. Le rassemblement se fait sur le parking central de l’île en contrebas de l’A31. En marge de se mouvement, des individus ont mené des actions violentes (prise d’otages de salariés de l’Université, investissement de laboratoires…) et ont donné un caractère d’émeute à la manifestation. En parallèle, la gendarmerie a repéré un véhicule au comportement suspect sur l’A31 au sud de l’agglomération messine en direction du Luxembourg. Il s’agit d’une camionnette transportant des bouteilles de gaz. Quelques minutes plus tard, alors que la manifestation bat son plein sur le parking de l’île du Saulcy, un accident se produit sur l’A31, impliquant la camionnette déjà repérée. Du fait de l’accident, les bouteilles de gaz explosent et projettent des débris tout autour de la zone d’accident. Les étudiants en contrebas sont impactés, de nombreuses victimes sont à déplorer et cette situation a eu pour conséquence de créer des mouvements de panique rendant difficile l’accès au site par les secours du fait de l’unique pont reliant le campus à la ville. Enfin, l’Université de Lorraine et l’Agence Régionale de Santé ont été particulièrement sollicité sur des cas potentielles de corona virus chez des salariés de l’Université ainsi que chez des membres d’une délégation de l’Institut de Virologie de Wuhan en visite officielle depuis quelques jours. Afin de piloter cette situation critique d’ampleur, les cellules de crise de la l’Université de Lorraine, de la ville de Metz, de l’Agence Régionale de Santé et de la Préfecture de Moselle ont travaillé conjointement à la résolution de ces problématiques.

A ce stade, les membres de la cellule de crises sont les seuls à connaitre en détail le scénario.

Les étudiants qui participent à l'exercice sont répartis dans 5 salles différentes selon leur rôle attribué au hasard :
- la cellule Mairie
- la cellule préfecture
- la cellule de l'agence régionale de santé
- la cellule de l'Université de Lorraine
- la cellule des journalistes

L'ensemble des participants communiquent exclusivement par un système de messagerie instantanée où chaque cellule ne peut communiquer qu'avec une seule cellule à la fois.

Au fur et à mesure des questions et des informations échangées, chaque groupe doit reconstituer la situation au plus près du scénario de départ.

La communication est donc la clé de cet exercice pour que chaque groupe soit au même niveau d'information.

En parallèle, le groupe de journalistes qui couvre l'événement réalise un flash info (disponible ci-contre) diffusé le même jour à l'ensemble des participants de la simulation, un communiqué de presse téléchargeable ici ainsi qu'un article de presse téléchargeable ici.

 

Photo de la cellule d'animation de la gestion de crises où sont rassemblés des professionnels (pompiers, policiers, communicants, journalistes)  qui analysent les échanges et la réactivité des étudiants face à la situation.

Photo de la cellule de la préfecture où les étudiants ont annoté sur une carte les lieux de l'accident et de la manifestation étudiante de la simulation de crises.

Le flash info réalisé par les étudiants-journalistes :

Retour