Atelier Artem Cindyniques

Atelier Cindyniques

Objectif

Acquérir des éléments méthodologiques pour appréhender les risques de notre monde grâce aux compétences transversales des étudiants de l'Alliance Artem : l'expertise de l’ingénieur, l'approche du manager et le regard de l'artiste.

Les enseignements délivrés alternent théorie, méthodes, visites et activités de projet dans un esprit orienté vers la pratique de l'évaluation et de la gestion des risques. De nombreux intervenants professionnels présentent leur savoir-faire en la matière (industrie, médecine, psychologie, armée, assurance, art). La problématique de la « gestion de crise » représente également une partie significative du programme. Un exercice de mise en situation de crise permet de confronter les étudiants à la prise de décision à l’échelle stratégique face en situation de crise. Le projet prend une place très importante. Il est mené pour répondre à une demande industrielle ou sociétale avec un ou plusieurs partenaires extérieurs. Outre sa réalisation pratique qui met en œuvre des méthodes de gestion de projet et en particulier des outils de travail collaboratif, nous veillons également à en assurer la promotion auprès du grand public par des actions de communication diverses. Il permet ainsi aux élèves de se frotter à la réalité de la problématique des risques et des crises.

Compétences acquises

  • Situer la problématique des risques dans une perspective historique et de comprendre son caractère multi-disciplinaire.
  • Savoir reconnaître et caractériser des situations à risque dans la vie quotidienne, dans l’activité économique et dans la société.
  • Maîtriser les concepts à la base des sciences du risque tels que : sources et cibles de danger, aléa et vulnérabilité.
  • Savoir faire une description systémique et fonctionnelle d’une installation ou d’une organisation en vue d’en étudier les risques avec une méthode classique (méthode des arbres, AMDEC, …)
  • Prendre conscience des forces et des faiblesses individuelles ou dans un groupe en position de gérer des situations accidentelles graves
  • Savoir conseiller une organisation sur les méthodes de prévention des risques et des crises à mettre en place

Déroulement et organisation pratique

Plusieurs modes pédagogiques et organisations seront mises en œuvre :

  • séances hebdomadaires de cours, conférences, étude de cas ou visites de terrain
  • séances de travail hebdomadaires par groupe de projet
  • restitutions périodiques sur l’état d’avancement des projets

Modalités d'évaluation

L’évaluation repose essentiellement sur le travail réalisé durant le projet (rapports intermédiaires et final, soutenance finale) et sur quelques activités demandées en cours d’année (un ou plusieurs mini-tests)

Enseignants

Rasool Mehdizadeh, Philippe Oudin, Abla Mimi Edjossan Sossou

Retour sur la journée de gestion de crise 2019

Dans le cadre de l'Atelier Cindyniques, 50 étudiants sont confrontés à la prise de décision à l’échelle stratégique face à une situation de crise.
Chaque étudiant avait un rôle à jouer dans cet exercice (maire, préfet, contrôleur financier, citoyen, journaliste, etc.). Dans chaque groupe se trouvait une personne en charge d'annoter les comportements adoptés face à cette mise en situation. En parallèle, un groupe de journalistes devait couvrir l'événement et réaliser un flash info diffusé le même jour.

Projets étudiants 2018-2019

 D-Safe : Drone Solaire Autonome des Forêts et de l’Environnement

L’ambition de D-SAFE est de soutenir les professionnels qui travaillent à la préservation des espaces naturels dans des domaines diversifiés :
- les feux de forêts ;
- la recherche de personnes disparues en forêts, en mer, lors d’une inondation, etc. ;
- la surveillance des dépôts illégaux de déchets ;
- la lutte contre le braconnage ;
- l’aide au dénombrement de la faune dans un espace fixé.
Pour effectuer ces différentes tâches, le drone quadrille en autonomie les zones à surveiller en sondant avec une caméra thermique.
Ensuite, suivant la mission qu’on lui demande, ce planeur motorisé sera capable de lui-même de faire des actions pour s’adapter à la situation. 

Virtua-Mine

L'objectif est de créer des logiciels de réalité virtuelle et de réalité augmentée pour la formation du personnel appelé à travailler en souterrain. Ces logiciels permettront de se déplacer virtuellement dans un premier temps et réellement dans un second temps dans une galerie souterraine, de montrer des zones particulières (géologie, instabilité …), de simuler des situations « à risque » et de questionner l’utilisateur sur sa compréhension du phénomène et ses réactions.

MREP : Méthode d’évaluation Rapide des Ponts

L'idée est de mettre au point un modèle d’évaluation pour chaque type de pont, dégageant des critères clés que nous ordonnerons par poids et par simplicité de mesure (voire même le coût éventuel de telles mesures).
La finalité étant de proposer une application qui puisse permettre à tous les profils de réaliser des mesures sur un pont donné et de déterminer si une évaluation plus
poussée ou même des réparations sont nécessaires. L’application se présentera sous la forme d’un questionnaire qui guidera l’utilisateur, lui détaillant comment réaliser les
mesures des paramètres qu’il aura au préalable choisis.

UrbanLoop Risks Analysis

Le projet ULRA (UrbanLoop Risks Analysis) a pour objectif de définir l’ensemble des risques inhérents au projet UrbanLoop dans l’agglomération nancéienne. L'équipe s’appuiera pour ce faire sur la définition des risques énoncée par l’Organisation Internationale de normalisation ISO 31 000, qui définit le risque comme l’effet de l’incertitude susceptible d’affecter les objectifs d’un projet. Cette analyse devra donc regrouper tous les événements potentiels pouvant perturber les objectifs du projet UrbanLoop ainsi que leurs conséquences selon leur degré de gravité.
En premier lieu, il sera nécessaire d’identifier les risques et de les lister de manière qualitative, en les classant dans différentes catégories : environnementale, technique, financière, politique et comportementale.
Dans un second temps, il paraîtrait judicieux de les classer de manière quantitative selon la vraisemblance de l’événement c’est-à-dire sa probabilité d’occurrence ainsi que selon la vulnérabilité du projet et la gravité des 
conséquences résultantes. Pour les risques importants aux conséquences certaines, il sera essentiel de modéliser un système et de définir un moyen de maîtrise des risques.